Histoire de Sienne

> En savoir + sur le sujet <   ←   Affichez / retirez les infos complémentaires

L’histoire de Sienne nous rapproche des lĂ©gendes romaines. En effet, après la lutte fratricide entre RĂ©mus et Romulus, ce dernier, loin de se satisfaire de fonder Rome, poursuivit son frère et ses enfants Senius et Aschius.
toscane1.com vous en dit plus sur l’histoire de Sienne.

histoire de Sienne

A l’origine de l’histoire de Sienne

Les 2 enfants de Rémus échappèrent à leur oncle (bonjour la famille !) et s’enfuirent donc loin de Rome, sur les chevaux qu’Apollon et Diane leur avaient fournis. Ca tombait bien. Ils atteignirent une vallée où ils décidèrent de s’établir. Ainsi fut fondée la ville qui prit le nom de l’aîné des 2 fils de Rémus : Senius, qui devint Siena.

La vraie histoire de Sienne

Mais cette légende ne convainc pas les historiens qui, s’accordant sur la pré-existence d’une petite colonie étrusque, lui préfèrent une fondation romaine sous Auguste. La ville se développa au point de devenir un siège épiscopal. Au 7e siècle, elle eut à souffrir de la gouvernance des Lombards, mais s’épanouit davantage sous les Comtes impériaux, sujets de l’empereur Charlemagne.
Vers 1186, une République urbaine fut fondée, gouvernée par des Consuls.

Peu à peu, elle devint même la grande rivale de Florence et prit naturellement partie pour les Gibelins (favorables à l’empereur) contre les Guelfes (favorables au Pape), au 13e siècle.

Les rivalitĂ©s dans l’histoire de Sienne

Mais les rivalitĂ©s existaient aussi Ă  l’intĂ©rieur mĂŞme de la ville de Sienne. C’est ainsi que se constituèrent des « castellari », c’est-Ă -dire des palais ornĂ©s d’une tour carrĂ©e pour contrĂ´ler les rues alentour. Autour de ces palais, existaient tout un rĂ©seau de couloirs « secrets » permettant de fuir sans ĂŞtre repĂ©rĂ©. Au 13e siècle, de nombreuses familles furent ainsi vaincues par les familles rivales et leur palais rasĂ©s ou confisquĂ©s par la municipalitĂ©. Pillages, incendies, massacres se succĂ©dèrent Ă  l’encontre des « traĂ®tres » ou « ennemis de Dieu et du peuple ».

C’est ainsi que sont nĂ©es de grandes artères Ă  Sienne, la plus connue Ă©tant la « Costa Larga », Ă  l’origine nommĂ©e Via Supra Posteria en 1290. Mais bien sĂ»r, tous les palais dĂ©truits ne permettaient pas de crĂ©er un voie. Aussi, fallut-il attendre que Gabrielle Speranza, dont le palais se trouvait malencontreusement sur le chemin, fut dĂ©clarĂ© rebelle et ses biens dĂ©truits, puis qu’un autre patricine dĂ©cĂ©da, pour que cette voie put enfin ĂŞtre ouverte.
C’est aussi de cette époque que datent les débuts des travaux pour aménager la célèbre Piazza del campo.

En 1260, Sienne vainquit Florence Ă  la bataille de Montaperti. Mais perdit la bataille du Col du Val d’Elsa, en 1287. Cela ne l’empĂŞcha pas de se dĂ©velopper, sa position sur les routes commerciales vers Rome, ses Ă©changes avec et la soliditĂ© des banques siennoises lui permirent un dĂ©veloppement Ă©conomique et culturel sans prĂ©cĂ©dent.
Mais une terrible épidémie de peste ravagea la ville en 1348, freinant l’essor économique de Sienne.
En 1390, pour se dĂ©fendre des prĂ©tentions de Florence, Sienne s’allia avec Jean GalĂ©as Visconti, Duc de Milan, qui en devient le Seigneur.

La Renaissance agite l’histoire de Sienne

En 1501, Sienne tombe sous la coupe de César Borgia. Désirant se libérer des Borgia autant que des Medicis florentins, Pandolfo Petrucci devint Seigneur héréditaire de Sienne. Mais la dynastie Petrucci ne dura guère.
En 1555, Sienne dut faire allégeance à Florence.
La ville de Sienne étendit néanmoins son rayonnement à la culture et aux arts et au 17e siècle, fut fondée l’Accademia delle Scienze di Siena.

L’histoire de Sienne en noir et blanc

Le blanc et le noir sont les couleurs de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *