Pages Navigation Menu
Categories Navigation Menu

Jardins de Florence

Les jardins de Florence sont des havres de paix, publics ou privés. toscane1.com vous les présente ici, les quatre premiers jardins de Florence nécessitent des pages de développement spécial, nous les avons présentés ailleurs que dans ces pages sur l’ensemble des jardins de Florence.

Les 5 plus beaux jardins de Florence

Jardins de Florence : BoboliJardin du Boboli
Le plus facilement accessible des jardins de Florence. Voir les pages toscane1.com sur le jardin de Boboli à Florence.

Villa del Castello
Très bel exemple des jardins de Florence à l’italienne. Voir la page de toscane1.com sur les jardins de la Villa del Castello

Jardin de la Petraia
Autre très bel exemple des jardins de Florence à l’italienne. Voir la page toscane1.com sur les jardins de La Petraia.
Visite à ne pas manquer.

Jardin des iris
Parmi les plus beaux jardins de Florence durant la saison des iris. Voir la page toscane1.com consacrée au jardin des iris à Florence.

Les Cascine
Les médicis possédaient un vaste domaine agricole, entre l’Arno et le Mugnone. Une grande allée bordée de pins y fût aménagée, ainsi qu’un vaste espace où furent établies les “cascine” (étables avec élevage de vaches laitières). Ce jardin de la fin du 16e siècle, appartint au floriculteur florentin Matteo Caccini. Il est célèbre par ses collections de plantes rares, que connaissait bien notre Charles de Lécluse (introducteur de la pomme de terre), puisqu’il en reçut des semis. Anémone et jacinthe (Hyacinthus orientalis) originaires de Constantinople, muguet venu tout droit
d’Alexandrie, jasmin sambac et ipomée quamoclit. C’est un lieu de promenade fréquenté au coeur de Florence.

Giuseppe Manetti eût la lourde charge de l’aménager en parc, vers la fin du 18e siècle, pouvant accueillir de grandes fêtes.
L’intrônisation de Ferdinand III y fut célébrée en 1791. Hippodrome.
Monument funéraire du Maharadjah de Kholapur, dit “l’indiano”.

Autres jardins de Florence et de Toscane

Ceux qui veulent étudier les jardins de Florence seront intéressés par ces autres jardins qui présentent toujours un intérêt, soit dans la conception, soit dans les plantes elles-mêmes, soit pour leur histoire.

Giardino Acciaiuoli
Commen faire un jardin bien pensé, avec fontaines et bassins, massifs et allées pour se rendre facilement de la maison au jardin. Alessandro Acciaiuoli en a posé les principes.

Giardino di Palazzo Antinori

Jardin de la villa di Careggi
Parmi les jardins de Florence, celui-ci possède une belle histoire mais il n’offre plus autant d’intérêts que dans son lointain passé. Dommage.
La villa, acquise en 1417 par Cosme l’Ancien de Médicis, fut rénovée par Michelozzo. Elle fut la résidence favorite des Médicis et l’une des premières villas “médicéennes”. Le jardin était conçu comme un lieu de plaisir et de méditation. Laurent le Magnifique y développa même un jardin de plantes médicinales (poivre, myrrhe, giroflée, basilic,
encens, jasmin, etc…), dont on retrouve les signes dans le tableau ‘Le printemps” de Boticelli.
Mais cette merveille a été transformée au 19e siècle en jardin romantique. On peut y admirer néanmoins des figuiers, palmiers ou cyprés.

Giardino Corsi (via dei Serragli)
Tommaso Corsi, riche marchand florentin, fit édifier le premier jardin paysager “à l’anglaise” de Florence, par Giuseppe Manetti, entre 1801 et 1810.

Giardino Corsini
Attenant au palais construit par Bernardo Buontalenti au 16e siècle et terminé au siècle suivant par Gherardo Silvani, le jardin a appartenu à Alessandro Acciaiuoli, et fut transformé en jardin “à l’anglaise” au début du 19e. Connut un des premiers exemplaires d’altea en arbre, ou Ketmia (Hybiscus syriacus).

Giardino di palazzo della Crocetta
Le palais fut édifié au début du 17e siècle pour Cosme II, qui en céda l’usage aux moines du monastère de la Crocetta. Le jardin fut réaménagé dans le style baroque, en 1739, par Francesco Romoli. Il en a peu à peu perdu ses caractéristiques.

Giardino di palazzo Feroni Magnani
Parmi les jardins de Florence, celui-ci pourrait s’appeler le jardin des hortensias. C’est la passion qu’eut, au 19e siècle, la marquise Luisa Feroni pour les hortensias, qui rendit célèbre ce jardin, ainsi qu’à la qualité de jardinier de Angiolo Pucci, membre d’une célèbre famille de jardiniers florentins.

Jardin Gaddi Francesco Colonna
Niccolò Gaddi, collectionneur éclairé, introduisit dans son jardin les plantes rares: premiers exemplaires de Bamia (Althea arbustive) ou de Ketmia (Hybiscus syriacus).

Jardin Galli
Le comte Leopoldo Galli introduisit le premier camélia en Toscane, dés 1794.

Giardino dei Gesuiti

10 autres jardins de Florence

Giardino della Gherardesca
L’ancien jardin Pinti attenant au quatre fois centenaire palais de Giuliano da Sangallo, est réputé être l’un des plus beaux de Florence.
Le comte Guido Alberto della Gherardesca, au début du 18e, transforma ce jardin “à l’anglaise”, avec de belles allées, un lac, des arbres de hautes fûtaies. L’architecte Giuseppe Cacialli y rajouta un petit temple ionique. Vers 1844, arriva de Naples, un plant de mandarinier.

Giardino di palazzo Giugni

Giardino di palazzo Grifoni
Jardin fameux pour ses célèbres statues, appartenant à Ugolino Grifoni.
Le jardin fut réaménagé vers la seconde moitié du 18e siècle et transformé “à l’anglaise”, alors qu’il appartenait à Pietro Grifoni.
Depuis 1889, le palais est possession de Leopoldo Gattai et Francesco Budini.

Jardin Guicciardini
Le comte Piero Bardi importa, de Londres, un Magnolia (Magnolia grandiflora) et de France, une “rosa gallica holoserica”, nommée “Rose noire de Bardi”; Il cultiva également le célèbre “muguet de Goa”.

Giardino di don Luigi di Toledo
Ce jardin date de 1584. La fontaine en fut le principal attrait. Et quelle fontaine ! 644 pièces de marbre, malheureusement vendues et remontées à Palerme.

Giardino di palazzo Manetti
Le jardin fut acquis vers 1760, par Lady Walpole, épouse de Lord Robert Walpole et belle-fille du célèbre Sir Horace Walpole, qui l’enrichit de nombreuses espèces de fleurs et fruits.

Jardin de la villa di Marignolle

Jardin Mozzi Bardini

Giardino di palazzo Martellini

Giardino di palazzo Mastiani

Encore 10 autres jardins de Florence

Giardino di palazzo Medici Riccardi
L’un des plus vieux jardins historiques parmi les jardins de Florence.
L’architecture du palais se ressent de l’influence de l’architecte Brunelleschi (voir le duomo de Florence), bien que les plans de l’architecte du duomo ne fussent pas retenu, au profit de Michelozzo di Bartolomeo (1444). Le jardin, de taille moyenne, compte de belles statues antiques et modernes, comme “la justice” de Donatello (transférée devant le Palais Vecchio). Il accueillit de nombreuses fêtes, comme les noces de Laurent le Magnifique et Clarice Orsini, en 1469. Le palais fut vendu en 1659 à Riccardi

Giardino di palazzo Niccolini, puis Bouturlin
Attenant au palais du négociant Niccolini, d’où l’on pouvait voir “un délicieux jardin orné de 4 colonnes de marbres”, le jardin passa au Comte de Bouturlin, au 19e siècle.
Ce passionné d’horticulture y introduisit des plantes rares, comme cet exemplaire de Citrus Australis, importé d’Allemagne.

Jardin Oricellari
Jardin du palais appartenant à Bernardo Rucellai et Nannina de Médicis, soeur de Laurent le Magnifique, il devint le siège de l’Accademia Platonica. Acquis par Bianca Cappello en 1573, il devint un lieu de détente. Au milieu du 17e siècle, Giovan Carlo de Médicis commanda à Antonio Novelli la grande statue de Polyphème. A partir de 1813, Luigi de Cambray Digny le transforma en jardin romantique.

Giardino di palazzo Orlandini
En 1679, la famille Orlandini acquit le palais et son jardin, et fit procéder à de nombreux agrandissements. On y plaça de belles statues.
Récemment des travaux d'”embellissements” transformèrent “le plus magnifique jardin de la ville” en un jardin, au mieux, agréable.

Giardino dell’Orticultura
Créé par la société toscane d’horticulture en 1851

Giardino di palazzo Panciatichi-Ximenes
Depuis le milieu du 19e siècle, on y admire un magnifique Sterculia della Toscana, planté par un gentilhomme anglais de la fin 18e.

Giardino di palazzo Pandolfini
Ce jardin, rassemblant décors de marbre et d’albâtre, statues, fontaines, jets d’eau, quantité de fleurs et plantes, est l’un des plus populaires de Florence. Au début du 19e siècle, il fut transformé “à l’anglaise” et devint célèbre par ses collections de camélias et de cinéraires.

Giardino della villa di Poggio Imperiale
La villa, datée du 15e siècle, fut acquise par la Granduchesse MariaMaddalena d’Autriche en 1622 (épouse de Cosme II) et rebaptisée Poggio Impériale, en hommage à la Maison d’Autriche. Magnifiquement décorée, la villa devint le lieu de prédilection de grandes fêtes, spectacles et receptions. Depuis 1865, propriété religieuse.

Jardin Pucci
Parmi les jardins de Florence, voici un jardin pour acclimater les plantes exotiques.
Amateur éclairé de botanique, le négociant Giuseppe Pucci, de 1805 à 1822, acclimata dans son jardin le premier Fuschia, la première pivoine arbustive, de nouvelles variétés de Chrysanthèmes à fleurs jaunes (ou Chrysanthèmes des Indes, déjà introduits au Jardin botanique de Pise).
Suivirent le mimosa (Acacia ceratonia), en provenance du Brésil, le Camphre (Laurus Camphora), puis un magnolia macrophylla, enfin un magnifique Araucaria  Araucariimbricataa ) .

Jardin Salviati
Le jardin du palais Salviati était célèbre au 16e siècle, par ses cépages de muscat et de raisin de Damas (moscadello grosso o zibibbo bianco), venus de Grèce et rebaptisé Raisin d’Alamanno, en l’honneur de son introducteur, Alamanno Salviati. Au 18e siècle, un petit jardin de “simples” y fut aménagé. Le jardin a été transformé en 1830.

D’autres jardins de Florence

Jardin des simples de San Marco
Réalisé pour Cosme 1er en 1545, le jardin de simples (plantes médicinales et exotiques) est l’oeuvre de Niccolo Tribolo, puis de Luca Ghini.
En plus de la flore locale, il s’enrichit de multiples plantes rares au 17e et bénéficia d’une excellente réputation, bien que d’autres jardins rivaux (celui de Santa Maria Nuova ou le jardin botanique de Pise) soient d’un plus grand intérêt scientifique.
Il devint un grand centre d’étude et de recherche botanique. Vieil if de 1720.

Jardin de Santa Croce
derrière l’abside de l’église Santa Croce. Transormé à l’anglaise au 18e.

Jardin botanique de Santa Maria Nuova
Depuis le 15e siècle, l’hospice de Santa Maria Nuova cultivait les plantes médicinales dans un petit jardin attenant. Au milieu du 17e sicèle, fut réalisé le premier inventaire des plantes du jardin. Au 18e siècle, Sebastiano Franchi, Niccolò Gualtieri et Gaetano Moniglia donnèrent un formidable essor à ce jardin, auquel contribua Giovanni Lapi à l’école de Médecine et de pharmacie. Mais à la fin du 18e siècle commença un long déclin, jusqu’à la disparition du jardin.

Jardin de San Lorenzo
Jardin du cloître. Belle collection de grenadiers et d’orangers.

Jardin du palais Serristori

Jardin Stibbert
L’orangeraie, le petit temple et le lac sont l’oeuvre de Giuseppe Poggi (19e).

Jardin Torrigiani
Au début du 18e siècle, le botaniste Pier Antonio Micheli créa un petit jardin prés de la Porta Romana, et appelé Jardin de Boffi (Giardino di Boffi), pour servir à la nouvelle Societé Botanique Florentine. Il fut agrandi, en 1777, par Pietro Torrigiani. C’est Gaetano Baccani qui coiffa ce jardin d’un célèbre observatoire (1820).

Jardin de Valfonda
Ce jardin est attenant au palais du riche marchand Giovanni Bartolini. De belles statues ornent les parterres et les allées, comme le Bacchus de Jacopo Sansovino (actuellement au musée du Bargello). Il accueillit le mariage de Marie de Médicis et de Henri IV, roi de France. On y produisait un petit vin réputé.

Jardin du palais Vivarelli Colonna
Le jardin conserve son aménagement du 18e siècle. Belle orangeraie.

Vous cherchez une carte de toscane ou un plan de Florence pour rejoindre ces jardins de Florence ? Vous pouvez en acheter en ligne en boutique italienne.

Share


Merci de ne pas poser de questions ici mais sur le FORUM ITALIE svp

Pas de questions ici mais sur le forum ↑                 Laissez un commentaire ↓

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *