A la recherche de La Joconde… encore

Recherche de La JocondeQui était réellement la Joconde ? C’est une question lancinante qui agite régulièrement le monde artistique. On s’en tenait plus ou moins à l’hypothèse de Lisa del Giocondo ou Lisa di Antonio Maria Gherardini, de son nom de jeune fille. Mona Lisa, pour les intimes.
On a tout dit sur le tableau. Que les yeux cachaient un secret. Ah? Que le léger rictus de sa bouche cachait une maladie. Oh! Qu’il existait plusieurs tableaux de La Joconde, peints par Léonard de Vinci. Nooon ?
On a cherché partout des traces pour retrouver physiquement le vrai modèle de Léonard. Oui, voilà que, depuis quelques années, on cherche même son tombeau. “On”, c’est vite dit. Il s’agit surtout du “chercheur” Silvano Vinceti qui avait déjà retrouvé les restes de la “vraie” Joconde en 2012, dans le cloître de Sant’Orsola à Florence. Disons plutôt les restes de huit personnes dont l’une pourrait être la “vraie”.
Et cette année, c’est dans la crypte de la basilique Santa Maria del Fiore, le célèbre duomo de Florence, que les recherches ont repris.

Identification du modèle Lisa del Giocondo
Identification du modèle Lisa del Giocondo

Mais, me direz-vous, comment faire le lien entre un squelette et le portrait  ?

C’est très simple. On sait précisément où repose le fils de Mona Lisa. Une analyse ADN permettra, parmi les huit squelettes exhumés, de retrouver celui qui appartient à la même famille. Espérons que l’ADN saura différencier la mère, la soeur ou la tante. Une fois retrouvée la si convoitée défunte, enfin ce qu’il en reste, grâce à son crâne, on pourra tenter une reconstitution faciale et connaître enfin le vrai visage de la Joconde. Ouf, enfin, on va savoir !
Les historiens de l’art, eux, regardent épouvantés les sommes importantes investies dans ces recherches et qui auraient pu servir utilement à d’autres restaurations plus urgentes. D’autant que le “chercheur” Vinceti passe davantage pour un illuminé que pour un historien ou un scientifique.
Et surtout, sur le fond, que Léonard de Vinci n’a jamais prétendu qu’il voulait peindre un véritable portrait ressemblant à une personne précise. Qu’il y a travaillé durant des années, qu’il y a apporté de nombreuses retouches au fil du temps, pour en faire une sorte de modèle idéal de beauté et dont il ne voulut pas se séparer.
Alors, vous demanderez-vous plein de réalisme, je reconnais bien là votre bon sens, à quoi peut bien servir de savoir que le portrait de la “Joconde” ressemble à son modèle d’origine ou n’y ressemble plus ?
C’est bien le problème. L’avenir nous le dira… peut-être… quoique.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *